Statement from Charles Asher Small Executive Director and Founder of YIISA

“Recently, Yale University officials informed us of their precipitous decision to close YIISA, The Yale Initiative for the Interdisciplinary Study of Antisemitism.

It became evident that YIISA and Yale University have different visions and approaches to the study of antisemitism.  YIISA, like Yale, believes in the necessity to publish in top tier journals.  YIISA scholars, its graduate and post-doctorate research fellows, esteemed senior visiting professors, and scholars associated with YIISA have done so at a high caliber and with success.

YIISA, however, is committed to critical engaged scholarship with a broader approach to the complex, and at times controversial context of contemporary global antisemitism.

It is this mission that my colleagues at YIISA so eloquently and with a sense of integrity engaged.  This was reflected, for example, in the conference, “Global Antisemitism: A Crisis of Modernity”.  Held in August 2010 it was the largest academic conference on the study of antisemitism ever. This illustrated not only the relevance of YIISA, but the concern, if not alarm, that scholars of antisemitism have for the contemporary global condition.  It also marked the launching of the International Association for the Study of Antisemitism (IASA) a professional association, of which I was elected by peers to be its first President.

We believe that the role of a true scholar and intellectual is to shed light where there is darkness.   It is a responsibility of scholars to understand the implications of antisemitism on society, nationally as well as internationally. YIISA has been successful in this regard since our formation in 2006.  YIISA was the first research center based at a North American University dedicated to the study of antisemitism, and will continue to be a trailblazer in the field.

I wish to express appreciation for the role Yale students and professors played in the development of YIISA.  I am especially grateful for the community of scholars from across the United States and from around the world that contributed to YIISA.  I look forward to continuing to work with these scholars.  I also look forward to work with academics that will be associated with the new Yale Program on Antisemitism, to be constituted, especially with my esteemed colleague Maurie Samuels.   We are all colleagues on a subject matter with profound implications.  I would also like to thank members of the YIISA Board of Trustees for their efforts and for their continued commitment to further our mandate.  I am also grateful for the thousands of people that attend our events and support our work.

We are in conversation with several academic institutions that understand the importance of our mission.  They have expressed interest in YIISA becoming part of their academic community. It is also my hope, given the importance and timeliness of the subject, that several research centers, dedicated to the study of antisemitism, especially the contemporary global context, will open at universities across the United States.”

 Charles Asher Small, D. Phil

Executive Director and Founder

Yale Initiative for the Interdisciplinary Study of Antisemitism

Philosophy Professor David-Hillel Ruben reisgns from UCU

Dear Sally Hunt,

As a life long socialist and a member of the AUT/UCU for almost 42 years, I could not have imagined that anything could have made me resign from the union. I have grown accustomed to the UCU’s annual adoption of illegal Israel boycott motions. But my imagination was obviously limited: the official UCU rejection of the European Union Monitoring Centre on Racism and Xenophobia (EUMC) working definition of anti-Semitism has accomplished just that. It has brought about my resignation from the union.

One part of that working definition rejected by the union stands out: it is anti-Semitic to ‘deny the right of the Jewish people to self-determination’, within some borders, unspecified as what they might be. It is hard for me to comprehend how anyone could consider this relatively anodyne claim as unacceptable, let alone reject it as a current form of anti-Semitism, which it most certainly is.

I have no doubt that there remain some individual Jewish members of the UCU. Many publicly identify as Jews only for the purpose of opposing Israel ‘as Jews’ and at no other times. But I can no longer allow my dues to support a union that is institutionally racist and that has demonstrated its anti-Semitism so repeatedly and unashamedly. I am therefore resigning my membership of the union with immediate effect.

David-Hillel Ruben, Professor of Philosophy, Birkbeck, University of London

 

In 2009 UCU Congress was asked to mandate the union to investigate these resignations.  But Congress said no, it didn’t want an investigation into why people were resigning from the union citing antisemitism as a reason.

Jon Pike, Open University, Resignation from NEC

Ariel Hessayon,  Goldsmiths

Michael Yudkin, David Smith and Dennis Noble, Oxford

Shalom Lappin, King’s College, London   

Raphaël Lévy, Liverpool University

Jonathan G. Campbell, Bristol University  

Colin Meade, London Metropolitan University 

Eric Heinze,  QMUL

Tim Crane, Univesity College London

Eve Garrad, Keele University

Dov Stekel, University of Birmingham

Raphaël Lévy, University of Liverpool

Sarah Brown, Anglia Ruskin University

Mira Vogel, Goldsmiths

Robert Fine’s account of Congress, Warwick U

Norman Geras, Manchester University

Eva Fromjovic, Leeds University

Robert Simon, LSE

Lesley Klaff, Sheffield Hallam

Deborah Steinberg, Warwick

David Hirsh, Goldsmiths

Stephen Soskin, Buckinghamshire New University

Ronnie Fraser, Barnet College

Ben Gidley, Oxford

76 UCU members signed a public protest about UCU’s failure to take seriously the criticism made against it by the Parliamentary Inquiry. Read their protest, published in the Times Higher.

39 UCU members signed a public protest at the UCU’s refusal to meet with Ger Weisskirchen at his request. Weisskirchen is the OSCE’s Chairman-in-Office Representative on antisemitism. The protest, which went unheeded and ignored by the UCU.

Letter from Yale University

Dear Friends,

I write to bring you up to date about the study of antisemitism at Yale. Earlier this month, I indicated that, with the advice of the Faculty of Arts and Sciences Steering Committee, we had accepted a faculty review committee’s recommendation, following its thorough investigation, that the Yale Interdisciplinary Initiative for the Study of Antisemitism (YIISA) be discontinued at the end of the summer. The review committee determined that YIISA had not stimulated or supported sufficient faculty research or courses for students to warrant its continuance. I also indicated that we very much hoped to provide support to scholarship and teaching on antisemitism emanating from the Yale faculty.

Since these decisions were made, I have been gratified to learn that Professor Maurice Samuels and a group of faculty colleagues have expressed interest in the creation of a new scholarly enterprise, the Yale Program for the Study of Antisemitism (YPSA), and that the Whitney Humanities Center has agreed to sponsor it. Professor Samuels, who will convene YPSA, has written an award-winning book on Jewish fiction writers in France, and he is currently working on a major study of the portrayal of Jews in French literature and culture from the time of the Revolution through the present. Professor Samuels’s recent courses offered to Yale undergraduates have included “Jewish Identity and French Culture” and “Representing the Holocaust.”

Participants in YPSA will meet on a regular basis to discuss ongoing research by Yale faculty and graduate students. Professor Samuels and his colleagues will also bring in visiting speakers who have expertise that is relevant to the group’s evolving interests, and they will host multidisciplinary research conferences and reading groups. Yale faculty and student participants will be eligible to apply for research support. Through these various means, YPSA will encourage serious scholarly discourse and collaborative research focused on antisemitism, one of the world’s oldest and most enduring prejudices, in all its forms. YPSA will be open to the entire Yale community.

I am hopeful that this program will produce major scholarship on the vitally important subject of antisemitism. Professor Samuels and his colleagues have Yale’s remarkable library resources at their disposal, including the Fortunoff Video Archives of Holocaust Testimonies and the 95,000 volume Judaica collection of the Yale Library.

I want to take this opportunity to thank you for your keen interest in the study of antisemitism at Yale. This is an exciting new beginning, and we all look forward to seeing the results.

Sincerely yours,
Peter Salovey
Provost
Chris Argyris Professor of Psychology

Le mouvement de boycott en Grande Bretagne et la délégitimisation d’Israël – Robert Fine

Robert Fine

Premier colloque européen de JCall

Le dimanche 19 juin, à la mairie du XIIIème, 1 Place d’Italie, Paris, de 9h30 à 18h

D’abord je veux exprimer mon plaisir à assister à ce colloque européen de JCall et m’excuser pour mon français pénible.

Commençons par un rappel historique. Il ya six ans quelques activistes, longtemps antisionistes, ont réussi à gagner pour la première fois un vote dans notre syndicat, la Association of University Teachers, pour un boycott des universitaires Israéliens. On a remis en question ce vote pour des raisons de procédure. Une assemblée spéciale a été convoquée par le syndicat. Beaucoup de délégués sont venus, y compris moi, et après un grand débat la proposition de  boycott  a été rejetée. Les opposants au  boycott ont eu la majorité  des voix et aussi à mon avis de meilleurs arguments.

Bien sûr un mouvement antisioniste a longtemps existé dans une fraction de la gauche. Dans les années quatre-vingts,  le plus grand parti de la gauche radicale en Grande Bretagne a appelé Israël ‘l’état illégitime’ et a refusé de  reconnaître dans les universités les associations  juives parce ce que l’on a pensé qu’elles étaient  sionistes. Mais c’était la première fois que le mouvement antisioniste essaye de convaincre le syndicat de soutenir un boycott et il a perdu.

Pourquoi le parti du boycott a-t-il perdu à ce temps là? A mon avis il ne pouvait pas expliquer deux problèmes en particulier. D’abord, la question de ‘pourquoi Israël ?’ Il y avait beaucoup d’autres pays, bien sûr, où l’histoire de violation des droits de l’homme était bien  pire que les violations commises par Israël. C’est vrai que l’occupation du territoire Palestinienne mène nécessairement aux abus contre le peuple Palestinien, mais le niveau des violations est quand même beaucoup moindre qu’en Chine ou au Sri Lanka ou en  Syrie ou peut-être moins que les abus commis par les forces Américaines et Britanniques  en Iraq.  Alors le premier problème: pourquoi sélectionner l’état juif ? Pourquoi exclure les universitaires Israéliens et seulement les Israéliens de la communauté scientifique mondiale. ? C’est sûr que ce n’était pas seulement une question de droits de l’homme.

Et puis la question de : pourquoi  les universitaires ? Pourquoi cette cible ? Pourquoi tenir les universitaires responsables pour les actions de leur gouvernement ?  D’habitude dans le syndicat on apporte un soutien à  la société civile contre un gouvernement ou un appareil étatique répressif. On supporte les syndicats étrangers contre leurs propres gouvernements. Mais cette fois c’est une exception à la règle. Cela a semblé bien imprudent car les universités Israéliennes  fournissaient une espace important pour des voix plurielles, y compris des voix pour la paix et des voix pour la fin de l’occupation. Il semble que le parti du boycott n’a pas fait la distinction essentielle entre le peuple et leur état et qu’elle a voulu discriminer  quelques universitaires à cause de leur nationalité.

De toute façon nous avons gagné et les boycotteurs ont perdu. On pourrait imaginer alors que c’était la fin de cette campagne mais en fait ce n’était que le début. Depuis,  tout est devenu de pire  en  pire dans notre syndicat.

Première problème : la rhétorique contre Israël est devenue encore plus fantasmagorique. Israël est assimilé à  l’apartheid d’Afrique du Sud, le Sionisme au  Nazisme, Gaza au  ghetto de Varsovie. Les Israéliens rient quand les Palestiniens souffrent. Le Sionisme est essentiellement expansionniste. Le but de Sionisme est toujours la purification ethnique.

Deuxième problème : la rhétorique contre les supporteurs de l’Israël est aussi devenue fantasmagorique. Le ‘lobby’ sioniste – ce n’est pas seulement un groupe de pression, c’est une puissance mondiale à laquelle  même le gouvernement Américain ne peut pas résister. Il est  responsable  des guerres : non seulement des guerres auxquelles Israël prend part mais aussi la guerre en Iraq et peut-être en Afghanistan. Nous entendons que le ‘lobby’ sioniste est si puissant qu’il peut forcer les journaux à ne jamais publier les critiques robustes d’Israël, si puissant qu’il peut forcer l’Union Européenne a appeler toute critique d’Israël « antisémitisme », si puissant qu’il peut pousser la commémoration de la Shoah vers la défense des Juifs, uniquement des  Juifs, et contre l’humanité universelle. Nous commençons à entendre que les victimes de la  Shoah, les Juifs, sont devenus maintenant – selon  un processus  d’éducation intergénérationnelle –  les bourreaux des Palestiniens.  La plupart des Juifs, dit-on, sont  devenus indifférente à la souffrance des autres.

Troisième problème : on voit le développement dans la rhétorique contre Israël et contre les supporteurs d’Israël des tropes classiquement antisémites pour comprendre et traduire les conflits du Moyen-Orient. Quelques fois ces manières de voir antisémites sont bien vulgaires. Un petit exemple : une commission d’enquête des syndicats Irlandais a récemment  rendu compte d’une visite en Israël et Palestine. Le contenu était très critique à l’égard d’Israël et l’exposé décrit  un meurtre rituel d’un prêtre par les ‘colons’ Israéliens : ‘Il était tué avec une hache de  façon rituelle par les colons sionistes qui ont voulu purifier la région de toutes traces de  Christianisme. Assassiné quand il faisait les vêpres, ses yeux étaient  arrachés et trois de ses doigts étaient tranchés – les doigts avec lesquels il faisait le signe de Croix.’ On a écrit ce passage dans  l’enquête d’un syndicat. Bien sûr cela a  troublé la petite communauté juive en Irlande.  Quand on parle des meurtres rituels par les colons – ou dans un autre exemple le vol des organes corporels par l’armée Israélienne – on franchit  une ligne.

Chaque année,  depuis six ans, notre syndicat, qui est beaucoup plus large qu’avant et qui s’appelle maintenant UCU (University and College Union), propose un boycott des universités en Israël et chaque année la résolution est adoptée. Chaque année il y a un préambule qui dit que la critique d’Israël ne peut pas être considérée comme antisémite. On annule même la possibilité que certaines formes de ‘critique’ d’Israël puissent  être antisémites.

Le syndicat n’exclut personne de la communauté universitaire mondiale, sauf les Israéliens.  Pas antisémite, dit-on. Le syndicat invite un syndicaliste Sud Africain à faire un tour en Grande Bretagne pour appuyer le boycott – un syndicaliste qui était reconnu coupable de ‘discours de haine’ contre les Juifs par la Commission Sud Africaine des Droits de l’Homme.  Pas antisémite. Israël meurtre d’enfants. Pas antisémite. Israël contrôle la politique extérieure des Etats Unis. Pas antisémite. Les Juifs inventent l’antisémitisme uniquement pour invalider la critique d’Israël. Pas antisémite donc.

C’est la quatrième problème : la négation de l’antisémitisme. On dit que l’antisémitisme n’est plus un problème en Europe, que c’est un préjudice du passé, d’une époque évanouie, et qu’il n’existe plus dans la nouvelle Europe post-nationaliste. Et s’il y a de l’antisémitisme, c’est d’abord la faute des Israéliens et de leurs supporteurs. Il ne faut pas exprimer la peur de l’antisémitisme, car on répond que les ‘pourvoyeurs de l‘antisémitisme’ (c’est le mot utilisé par Alain Badiou) sont fondamentalement malhonnêtes et réactionnaires. Cette réponse est ce que David Hirsh appelle la ‘Livingstone formulation’ en référence a l’ancien maire de Londres.

Maintenant le parti du boycott annonce que la définition de l’antisémitisme avancée par la commission monitoring de l’Union Européenne est invalide parce qu’elle confond la critique d’Israël et l’antisémitisme. Ce n’est pas vrai, bien sur,  mais le syndicat a voté pour se débarrasser de cette contrainte sur la parole libre, sur la liberté d’expression, et quelques intellectuels antisionistes ont assuré que le syndicat n’a rien fait de mal. Quelle formulation de l’antisémitisme est mise en sa place ? Aucune.  Ici on attaque les institutions intégrales de la nouvelle Europe, on fait marche arrière dans la lutte Européenne contre cette haine prolongée.

En  cinq ans beaucoup de choses ont  changé. Plusieurs Juifs et démocrates sont sortis du syndicat à cause du boycott ; de dedans et du dehors des critiques parlent du racisme institutionnel dont le syndicat fait preuve ; Engage, le mouvement contre le boycott et contre l’antisémitisme de la gauche, continue à fonctionner ; et les accusations d’antisémitisme qui sont portés contre le syndicat sont absolument rejetées par l’exécutif.

Jusqu’ici les gagnants sont évidemment le parti de boycott. Et qui sont les perdants ? A mon avis, ce n’est pas le gouvernement réactionnaire en Israël ou les juifs ultranationalistes. Les perdants sont surtout les voix pour la paix, les voix contre le racisme n’importe où, les voix qui veulent entendre les voix des autres. On a converti la compassion pour les Palestiniens en une haine pour les Israéliens. On réserve toute compassion pour un parti et rien pour l’autre. Enfin la haine se substitue à  la compassion et à la compréhension.  Le but de ceux qui résistent à la délégitimation d’Israël doit rester l’antiracisme universel – en Israël, en Palestine, au Moyen-Orient et ici entre nous en Europe.

Robert Fine

Warwick University

Also by Robert Fine Fighting Phantoms: a contribution to the debate on antisemitism in Europe

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 132 other followers

%d bloggers like this: